Paroles aux mots

Retour Accueil

 

Paroles aux mots

Cette page accueille votre libre expression, vos témoignages, vos informations sur et autour de l'homosexualité.
N'hésitez pas à nous envoyer par e-mail votre "paroles aux mots" !

 

Infos 2015
Un journaliste indigne les homosexuel(le)s de l'Orne
Orn'en Ciel a été amené à intervenir auprès d'Orne Hebdo, suite à un article où le rédacteur conclut le compte-rendu d'une épreuve sportive par ces mots : "Le cross, ce n'est pas un sport de tafioles."
Orn'en Ciel n'allait pas laisser passer cette banalisation d'insulte homophobe. Nous avons écrit au rédacteur, auteur de l'article, pour demander des excuses publiques, puis au directeur de publication, sans résultats.
Finalement, après un dépôt de plainte et après la mise en ligne de l'affaire sur gayviking.com, Orne Hebdo a fait paraître un article de regrets.
Dans un souci d'apaisement, nous nous en contenterons, mais nous resterons vigilants.
Merci à Me Gasnier, du barreau d'Alençon, pour ses précieux conseils.

Infos 2014
02/14 Anna Ghione à la librairie Le Passage à Alençon présente son livre "Moi, homophobe ! le jour où mon fils m'a révélé son homosexualité", aux éditions Michalon.

"la conférence d'Anna Ghione en compagnie de son fils et de Catherine samedi dernier fût une conférence-émotion qui fit écho à un vécu, mais qui nous a tous laissés confiants en l'avenir, j'ose l'espérer... Tant qu'il y aura de l'Amour !" M.C.

"un moment de sincérité, d'ouverture, de tolérance... un beau témoignage et un après-midi riche humainement" C.

 
"Anna remplie d'honnêteté et de franchise, avec un zeste d'humour. Les interventions des participants ont permis de rebondir sur certains sujets pour le débat. Je la remercie pour sa bienveillance. Et serais ravie de la revoir. Vu et bu ses paroles ce samedi" M.

Anna Ghione est sur Facebook ici



Lesbienne et amatrice de films lesbiens, j'ai vu "La Vie d'Adèle" par Isabelle B. Price, blogueuse lesbienne

J’ai eu la chance de voir « La Vie d’Adèle », film d’Abdellatif Kechiche, en avant-première samedi soir. Le public était assez hétéroclite : des lesbiennes célibataires ou en couple, des couples hétérosexuels d’une quarantaine ou cinquantaine d’années, des jeunes en groupe…
J’étais curieuse de voir ce film d’Abdellatif Kechiche. Pas tant à
cause de la polémique entre le réalisateur et une de ses actrices, que parce que j’ai lu « Le Bleu est une couleur chaude » de Julie Maroh [la BD dont est tiré le film, ndlr] à sa sortie.
J’avais aimé la bande dessinée et je souhaitais savoir comment cette romance allait être présentée sur grand écran, pendant trois heures.
Autant le dire d’emblée, ce n’est pas l’histoire du livre. Le long-métrage est plus que librement inspiré et, à part la couleur bleue des cheveux d’Emma et quelques détails, il ne s’agit pas, pour moi, de la même histoire.

Exarchopoulos porte le film du début à la fin
Dès les premières images, on comprend que l’actrice Adèle Exarchopoulos va tenir le haut de l’affiche. C’est à se demander d’ailleurs pourquoi la prestation de Léa Seydoux a autant fait parler tant elle est anecdotique à côté. Parce qu’Adèle Exarchopoulos porte le film du début à la fin. Loin de l’image vulgaire que la bande-annonce semblait donner, elle incarne parfaitement ce personnage sans faux-semblants ni fausse pudeur. Et il faut le dire tout de suite, tous les acteurs sont excellents. Ils sont justes, touchants, bouleversants. Ensuite, en ce qui concerne la réalisation, on aime ou pas le travail d’Abdellatif Kechiche. Je n’ai pas vu tous les films de ce réalisateur. Après « L’Esquive », « La Vie d’Adèle » est seulement le deuxième que je découvre. Les gros plans, la focalisation sur la vie « ordinaire », le réalisme poussé à l’outrance, il faut apprécier. Disons que personnellement, je ne mangerai plus jamais de spaghettis sauce bolognaise de la même manière après ce film.
Il y a trois passages cruciaux où ce plat apparaît (une première fois chez Adèle pour montrer son quotidien, une deuxième fois quand Emma rencontre les parents d’Adèle et une troisième fois quand Adèle cuisine pour tous les amis d’Emma le jour de son anniversaire). Personne n’utilise de serviette, tout le monde s’en met partout et mange en faisant du bruit... Bref, c’est la vie. Un peu trop peut-être.
Il y a aussi les plans où Adèle remonte son pantalon et court après le bus au tout début qui ont été trop répétés à mon goût. Un choix du montage, certes, mais qui au final ralentit le démarrage du film. Pourtant la routine, puisqu’il s’agit de cela, s’installera entre Adèle et Emma.

J’ai été subjuguée, impressionnée
J’ai adoré le chapitre 1 et je n’ai pas compris le chapitre 2. Le chapitre 1 est juste magistral. En tant qu’homosexuelle, en tant que femme, j’ai été impressionnée, subjuguée. Vous voyez défiler le moment charnière où une jeune femme prend conscience de sa différence, et c’est bouleversant.
Adèle est une lycéenne sans histoire, ordinaire. Comme ses copines, elle mate les garçons et va même sortir avec l’un d’eux. Un gentil de terminale, vraiment amoureux pour le coup. Mais Adèle n’y arrive pas. Il y a quelque chose qui cloche chez elle. Pourquoi ne peut-elle pas être simplement heureuse ?
Elle va rompre avec ce gentil garçon et être troublée par une fille aux cheveux bleus aperçue dans la rue. Lorsqu’elle suit l’un de ses amis dans un bar gay et qu’elle trouve le courage de se rendre seule dans un bar lesbien, sa vie change. Alors qu’elle s’était contentée de fantasmer sur une femme, là elle va tomber amoureuse d’Emma.
Bien sûr, tout n’est pas tout beau, tout rose. Il y a d’abord les crises de larmes de la découverte/compréhension avec le refus d’être différente.
Puis il y a le premier coup de cœur et le premier rejet. Ensuite, il y a l’agression homophobe. Le tout au lycée qui n’est pas, comme on le sait, l’environnement le plus ouvert et le plus tolérant.

L’intégralité du « Kâmasûtra » lesbien
Il y a la découverte du désir, la force d’une première histoire d’amour. Tout cela est magnifiquement montré même si effectivement, la première fois qu’Adèle et Emma font l’amour, on ne s’attendait pas forcément à ce qu’elles revisitent l’intégralité du « Kâmasûtra » lesbien.
Pour une première fois, c’était un peu excessif. Où est donc la marge de progression, le doute, l’embarras ? Certes, le désir est grand, mais quand même. Un peu trop long et rapide dans l’aisance des corps pour une première fois. Je comprends qu’il s’agissait de jouer du contraste avec la première expérience hétérosexuelle d’Adèle, mais quand même.
Les claques sur les fesses et le fou rire d’une spectatrice m’ont permis de comprendre la gêne que certains critiques avaient ressentie. C’est comme si le réalisme et l’ordinaire avaient disparu pour laisser la place au fantasme. Vraiment ? Une première fois de ce genre ?

La vie cachée d’Adèle
Ensuite, il y a encore des instants d’une justesse rare. Les présentations aux parents avec Emma, la fille qui est ouvertement lesbienne et qui présente sa petite amie, Adèle. Et l’autre, Adèle justement, qui est dans le placard et qui présente Emma comme celle qui l’aide pour ses cours de philosophie. Deux mondes qui s’opposent et qui ne vont pas évoluer, comme si les personnages eux-mêmes étaient figés.
Emma veut réussir comme peintre sans faire de concession, quitte à ne pas être exposée et à ne pas toucher d’argent. Mais alors, de quoi vit-elle ? Comment peut-elle se payer ce type d’appartement ? Et Adèle, qui aspire à un travail proche des enfants, terre à terre, ne va pas se poser de question sur le fait qu’elle aime une femme. Une seule « gay pride », aucun coming out, une vie cachée, secrète.

La rupture à cause d’un homme sonne faux
A partir de là débute la seconde partie du film que je n’ai pas comprise. Les causes de rupture entre Emma et Adèle étaient nombreuses. Elles proviennent de deux milieux socioprofessionnels différents. Elles n’ont pas le même regard sur la vie, les mêmes attentes. L’une est « out », l’autre est dans le placard. L’une n’a pas de travail fixe, l’autre gagne sa vie en éduquant la future génération.
Bref, il y avait matière à quelque chose de fort, de juste et de réaliste. Qu’Adèle et Emma s’éloignent à cause du quotidien, cela se comprend, c’est même courant. Que la cause de la rupture soit une tromperie avec un homme, ça sonnait faux.

Des personnages perdus en cours de route
Je ne nie pas la notion de bisexualité et j’aurais aimé qu’Adèle soit un personnage bisexuel qui s’assume, mais ce n’est même pas cela. C’est plutôt comme s’il s’agissait de tendresse facile à trouver. Que votre compagne s’éloigne, très bien ; qu’aussitôt, pour arranger les choses, vous vous envoyiez en l’air avec votre collègue… Bof.
D’accord, nous sommes dans une société égoïste de consommation, mais trouver le réconfort uniquement dans le sexe ne me semble pas logique si on en revient à la psychologie du personnage d’Adèle. Personnage qui, en fait, va s’avérer bloqué à ce qu’il était au lycée, quand il a rencontré Emma.
Les petites facilités scénaristiques vont s’aggraver sur ce second morceau. Finalement, « La Vie d’Adèle » est un beau film dont les trois heures passent relativement vite. Mais j’ai un sentiment en demi-teinte avec l’impression que les personnages se sont perdus en cours de route.


Infos 2013
17 mai 2013 : le Conseil Constitutionnel valide la loi ouvrant le mariage et l'adoption aux couples de même sexe.

Dossier : Orn'en Ciel et le mariage pour tous  Cliquez ici



Le Marathon des signatures ici : Oui à l'Egalité ! Rejoignez la mobilisation maintenant !
Pour afficher votre soutien et rejoindre le tumblr Egalité des droits, cliquez ici

Infos 2012
Orn'en Ciel soutient le mariage pour tous
Orn'en Ciel, association gay et lesbienne de l'Orne, souhaite intervenir dans le débat sur la prochaine ouverture du mariage aux couples homosexuels. Celle-ci constituera une avancée des droits dans notre pays en matière d'égalité de traitement. La situation actuelle revient à discriminer légalement les couples sur la base de l'orientation sexuelle des partenaires. Nous souhaitons faire connaître nos réponses aux arguments des opposants.
Lire la suite...



Rapport sur l'homophobie 2012
télécharger en pdf


Infos 2011
Culture et Gay Pride du Mans !
le programme

le clip
le spot de France Bleu Maine

la revue de presse
les photos de la GayPride Le Mans 2011

 
04/11

Les 5 ans
d'Orn'en Ciel !
J'ai demandé à la lune
une asso de filles, de gars
Elle m’a dit d’en créer une
Et la lune s'est moquée de moi !
Des gars des filles qui voudraient bien le faire
Si tu te bouges t'en trouveras !
Je me suis dit quelle belle fortune !
Et la lune s'est tournée vers moi


J'ai demandé à la lune
si tu voulais te joindre à moi
Tu m'as dit « j'ai pas l'habitude
de m'occuper des choses comme ça ! »
Et toi et moi,
on n'était pas trop sûrs
et on se disait quelques fois
que ce s’rait une chouett’ aventure
surtout si ça ne foirait pas !


On a plein de choses à se dire
Pas mal de projets à venir
On imagine toujours le pire
Mais le meilleur reste à venir


J'ai demandé à la lune
si on était sur la bonne voie

Tu m'as dit « j'ai pris l'habitude
de rencontrer des gens sympas ! »
Et toi et moi,
Maintenant ça c’est sûr
Sans regret on s’dit bien des fois
C’est vraiment une chouett’ aventure
Cinq ans après... Et toujours là !

 
02/11

Exposition "Un Baiser est un Baiser"

. Ouest France du 15/02/2011 : une exposition contre l'homophobie
. Orne Hebdo du 15/02/2011 : à la Médiathèque d'Alençon, des photos de baisers
les articles ici


Discours d'inauguration de la présidente d'Orn'en Ciel :"L’exposition que vous voyez ici est modeste et ne demande qu’à s’enrichir. Il s’agit de photographies prises par des amateurs lors d’un concours lancé l’année dernière par la Maison des Diversités (Centre Gay et Lesbien de Basse-Normandie).
Ces photos montrent des couples qui s’embrassent, homos ou hétéros.
Nous avons décidé de faire coïncider cette exposition avec la St Valentin, pour montrer que l’amour, nous prenant par surprise, va au-delà des différences, qu’il brise les tabous, casse les préjugés : peu importent la couleur, l’origine sociale, la religion, le handicap, le sexe.
Faire coïncider cette exposition avec la St Valentin c’est aussi affirmer que lorsqu’on est homosexuel on aime pareil, aussi fort. C’est clamer que l’on ne doit pas avoir honte d’aimer.
Montrer ces baisers, c’est encourager toute personne homosexuelle à ne plus se cacher, être elle-même tout simplement, sans crainte.
Nous montrons ces photos en espérant faire avancer les mentalités, combattre les intolérances, les phobies.
Rencontrons-nous pour mieux nous comprendre et mieux vivre ensemble… Plus on côtoie la différence, plus elle s’efface derrière la personne. L’amour est universel, peu importe qui l’on aime pourvu qu’on aime.
Je terminerai par une citation du Dalaï-Lama : « La chaleur humaine permet l’ouverture. Vous découvrez que tous les êtres humains sont comme vous, tout simplement »".

 
 
01/11
L'Appel de Montpellier
Il y a un an, le samedi 14 novembre 2009, Hélène Mandroux lançait officiellement, depuis la ville dont elle est maire, "l'Appel de Montpellier" en faveur de l'ouverture du mariage aux couples homosexuels.
Plus de 10 000 signataires élus et citoyens ont depuis rejoint cet appel.
En janvier dernier, elle avait écrit un premier courrier resté sans réponse, au président de la République lui demandant, au-delà des clivages politiques, de prendre les dispositions qui s'imposent afin que nous puissions donner une suite inscrite dans la loi" à "l'Appel de Montpellier"en faveur du mariage des couples de mêmes sexes.
A l'occasion du 1er anniversaire de "l'Appel de Montpellier", Hélène Mandroux vient de réadresser un courrier au Président de la République.

Le site

Infos 2010
12/06/10 Caen
Lesbian & Gay Pride 2010
Les photos !

 
02/10 Caen
La Maison des Diversités organise l'exposition "Un baiser est Un baiser"
, photos d'amateurs de couples de femmes, d'hommes et d'hétérosexuels article ici
un Kiss'in spécial St Valentin devant l'esplanade de l'hôtel de ville article ici

Infos 2009
10/09 France
SOS homophobie agréée au titre des associations complémentaires de l’enseignement public :
après les recteurs de Créteil, Paris et Versailles, le ministre de l’Education Nationale vient d’accorder l’agrément national à l’association SOS homophobie, pour ses interventions en milieu scolaire, après avis favorable du conseil national des associations complémentaires de l’enseignement public.

 
06/09 Alençon
On va pouvoir officialiser le Pacs à la mairie

Quelques jours après la Gay Pride 2009 de Caen, c'est la décision de la municipalité "car tous les couples sont égaux".

Lire ici

 

13/06/09

 


Caen
Lesbian & Gay Pride :
marche des Fiertés Gays, Lesbiennes, Bisexuelles, Transgenres et Hétéros
"ENSEMBLE POUR L'EGALITE"



 
04/09 Flers
Rencontre avec l'auteur Raoul Garnier pour son livre "Le choix du fils"
Les infos sur l'auteur et l'ouvrage

 

03/09
Histoire vraie de Harvey Milk, élu de la mairie de San Francisco, premier homme politique américain ouvertement homosexuel, qui fut assassiné avec le maire de la ville en 1978, pour s'être battu pour la tolérance et l'intégration des communautés gay.

 

Etats-Unis
C’est avec plaisir que nous avons pu voir Sean Penn récompensé par l’Oscar du meilleur acteur pour son rôle dans Harvey Milk, le film de Gus Van Sant.
L’histoire vraie de Harvey Milk...
Extraits du documentaire "The Times of Harvey Milk"
Lors de la cérémonie, l’acteur a fait un plaidoyer en faveur du mariage homosexuel :Je pense qu’il est temps pour ceux qui ont voté contre le mariage gay de s’asseoir, de se regarder en face, et de s’attendre à lire la honte dans les yeux de leurs petits-enfants s’ils continuent sur ce chemin (…) Nous devons obtenir l’égalité des droits pour tous” a t-il declaré.
 
02/09

Sur le Net
Rencontre entre Orn'en Ciel et GayNormandie
:
interview
pour lire l'interview, cliquer ici


Infos 2008
05/08

Caen
Orn'en Ciel était présente lors de la Gay Pride de Caen, le 31 mai 2008.


 
03/08
pour en savoir plus, cliquer ici
Normandie
Création à Caen d'un Centre LGBT de Normandie, appelé Maison des Diversités.

 

Débats Orn'en Ciel

 

Mercredi 24 octobre 2007 au pub "Le Shetland" a eu lieu un débat dont le thème était : "l'homoparentalité".
Huit personnes se sont retrouvées au 1er étage, quatre garçons, quatre filles.
Suite...

____________

 

Mercredi 15 novembre 2006 au pub "Le Shetland" a eu lieu un débat dont le thème était : "les relations entre les homos et leur famille". Vingt-deux personnes se sont retrouvées au 1er étage, seize garçons, cinq filles et une mère de lesbienne.
L’objectif de ce débat n’était pas de trouver des solutions, des recettes, mais de discuter de son vécu.

De nombreuses questions ont été posées. Est-ce que cela nous semble plus difficile de le dire à une personne à qui on tient, car s’ils le prennent mal on "perd tout" ? Est-ce qu’on est soi-même quand on ne dit pas ? Est-ce que ne rien dire, ce n’est pas mentir ? Est-ce les petit(e)s amies sont admis(ses) dans la famille ? Sommes nous invités lors d’un repas de famille comme tout autre couple ? Quelles sont nos relations familiales ?
Les deux heures de discussion ont presque été trop courtes car après quelques hésitations, tout le monde a parlé, sans aucune appréhension. Beaucoup de choses
personnelles ont été dites, parfois difficiles ou douloureuses, parfois émouvantes, parfois drôles. Chacun avait son histoire, certains avaient besoin de parler, d'autres d'écouter.
Suite...

 
 
 
 

 

Livre d'Or
mai09
Une décision historique
La transsexualité ne sera plus considérée comme une affection psychiatrique. Le ministre de la Santé a annoncé samedi 16 mai que la transsexualité ne sera plus considérée en France comme une affection psychiatrique. Un porte-parole du ministère a déclaré que la Haute Autorité de Santé a été saisie par la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot afin qu'un décret soit publié en ce sens.

"Quand nos luttes se concrétisent, on se lève plus facilement chaque matin!
Et on y retourne avec plus de pêche encore, en se disant que ça sert à quelque chose de manifester, de crier, de mettre le T dans LGBT, d'en parler autour de soi.
Bref, mon bonheur il est là... en partie grâce à Orn'en ciel.
Alors MERCI Orn'en ciel!"
Laetitia
 
10/02/08
"Bonjour,
Mon ami et moi, après avoir habité Caen de nombreuses années, avons acheté une maison dans l'Orne il y a 2 ans.Je viens de lire dans le journal local l'existence de votre association. Bravo et bon courage dans votre entreprise. Nous oserons peut-être venir vous rencontrer à Flers bientôt."
 
février08
"Bravo!!
J'ai 25 ans et je suis partie de l'Orne il y a 4 ans. J'ai vraiment cru être une extraterreste dans le 61 !
Me voilà rassurée bonne chance à vous."
 
17/05/07
"Bravo!
J'ai lu l'article de Laëtitia dans l'Orne Combattante de cette semaine, et c'est ainsi que j'ai appris l'existence de votre association et de votre site.
Cela ne doit pas être facile d'affirmer haut et fort son identité homosexuelle dans notre société où les hétéros sont majoritaires et malheureusement si intolérants. Je pense que suite à la publication de l'article, vous allez recevoir des messages haineux, alors je voulais simplement vous envoyer un message amical d'un hétéro-marié-père de famille qui vous respecte et souhaiterait qu'on invente un mot qui serait l'exact contraire de "homophobe", mot que je pourrais porter au revers de ma veste tel le cordon rouge du sidaction ou la main "touche pas mon pote" de sos racisme."
 
16/05/07
"Bonjour,
Comme je l'explique dans la note du jour de mon blog , c'est avec un grand plaisir que j'ai appris l'existence d'une association LGBT dans l'Orne. En ce qui concerne le lancement de rencontres sur Flers équivalentes à celles que vous organisez déjà sur Alençon, sachez que c'est avec plaisir que j'y participerai. J'envoie très vite un chèque d'adhésion pour vous soutenir !"
 
11/05/07
"Je ne suis plus sur Alençon mais j'ai participé aux toutes premières réunions de l'asso au Shetland. Je vous souhaite à toutes et à tous un très bon anniversaire. Je ne vis pas mon homosexualité de la même manière que la plupart des gens rencontrés parmi vous mais je reconnais que votre courage de militantes et militants de la cause Homosexuelle dans un trou comme l'Orne est admirable. Je vous embrasse et vous remercie pour tout. Bisou, Thony"
 
23/10/06
"Bonsoir,
Je viens de voir votre adresse.
A titre amical, et pour la liberté de vivre comme chacun le désire, je vous souhaite bon courage et bonne chance."
 

octobre06
Paroles adressées par des quidam aux personnes tenant le stand de Orn'en Ciel, lors du Forum des Associations à Alençon :
- "C'est bien que vous soyez là, ça va faire un peu bouger les choses !"
-"Bravo, c'est courageux de votre part..."
-" Moi je dis, que chacun vive sa vie comme il l'entend et c'est très bien que vous soyez là, je suis vraiment contente..."
-"Allez, c'est très bien de vous engager comme ça, bravo, continuez !"

Juste un peu de compréhension dans un monde de brutes....

 

Haut de page

© Orn'en Ciel - 2006-2016