ORN'EN CIEL POUR L'OUVERTURE DU DROIT AU MARIAGE POUR LES HOMOSEXUEL(LE)S

Orn'en Ciel, association gay et lesbienne de l'Orne, souhaite intervenir dans le débat sur la prochaine ouverture du mariage aux couples homosexuels. Celle-ci constituera une avancée des droits dans notre pays en matière d'égalité de traitement. La situation actuelle revient à discriminer légalement les couples sur la base de l'orientation sexuelle des partenaires. Nous souhaitons faire connaître nos réponses aux arguments des opposants.


Ce n'est pas le moment, il y a plus important, c'est la crise...

Si, c'est le moment ! Nous attendons depuis longtemps. Sous Nicolas Sarkozy, ce n'était pas le moment parce qu'il ne l'avait pas prévu à son programme, maintenant, le président qui a été élu avait cette mesure à son programme. Il y aura toujours plus important et si on doit attendre la fin de crise...


Il faut un débat national, un référendum...


Il ne tenait qu'au pouvoir précédent d'organiser un débat ou un référendum, au lieu d'ignorer totalement la question. Cette demande maintenant n'est qu'une manœuvre de retardement.


Le Pacs ne suffit pas ?

Non, le couple marié est mieux protégé par la loi que le couple pacsé. Les droits donnés par le Pacs et le mariage sont différents ! Contrairement au mariage, le Pacs ne prévoit pas la protection du ou de la partenaire survivant-e en cas de décès (pensions de reversions, droits de succession). Il ne prévoit pas non plus les droits extra-patrimoniaux liés à la famille, comme le port du nom de son ou de sa partenaire, ou les liens de parentalité et droits de filiation.
Il est touchant de voir combien les opposants au Pacs lors de sa promulgation lui trouvent toutes les qualités quand il s'agit d'empêcher une nouvelle avancée des droits pour les couples homosexuels.
Au passage, il faut noter le Pacs a aussi beaucoup profité aux couples hétéro


Une minorité impose sa loi au reste de la population

L'ouverture du mariage aux couples homosexuels ne changera concrètement rien pour les couples hétérosexuels. Dans un système démocratique, les minorités ne font pas l'objet de discrimination et le refus d'accès au mariage en est une, basée sur l'orientation sexuelle des partenaires.


L'Eglise est contre

Exact, mais on ne parle ici que de mariage civil. Or l'Eglise et l'Etat sont séparés. Ce n'est pas à une religion d'imposer ses vues à une société laïque. L'Eglise est aussi contre le divorce, l'IVG, la contraception, l'utilisation du préservatif, la fécondation in vitro. Les croyants savent faire la part des choses, lorsqu'ils sont confrontés eux-mêmes à ces situations dans leur propre vie...


Cela va favoriser l'inceste, la polygamie...

Ce sont des amalgames insultants ! La polygamie, l’inceste et la pédophilie ne sont pas des synonymes de l’homosexualité. Ce sont des actes interdits par la loi et leur commission n’a rien à voir avec l’orientation sexuelle de leur auteur-e. Tout cela relève de la manipulation par la peur et le fantasme.

L'ouverture de mariage à tous les couples risque bouleverser notre société

Onze pays, de trois continents différents, ont déjà légalisé le mariage pour les personnes homosexuelles sur l'ensemble de leur territoire. Par exemple, les Pays Bas, il y a déjà onze ans, et ce pays ne s’en porte pas plus mal. De même que l’Afrique du Sud depuis 2006, l’Espagne depuis 2005 ou la Belgique depuis 2003. Pas de bouleversement dans ces pays. Aucun n'est non plus revenu en arrière. Alors, où sont les périls annoncés ?


Le mariage, c’est un homme et une femme

Oui, pour l’instant selon le droit français, non ailleurs ou en France lorsque la loi aura changé.


Le mariage sert à faire des enfants

Non, les couples hétérosexuels stériles et les personnes hétérosexuelles trop âgées pour faire des enfants ont le droit de se marier. Le mariage n’impose aucune obligation de faire des enfants. Un enfant sur deux naît hors mariage.


Les enfants ont le droit d’avoir un père et une mère

Oui, les enfants ont le droit d’avoir un père et une mère, mais ils n’en ont pas l’obligation...
Le droit de l’enfant, c’est celui d’être protégé par l’Etat et d'avoir des parents aimants.
Les homosexuel-les n'ont pas attendu l'autorisation de l'Etat pour avoir des enfants : familles recomposées, procréation médicalement assistée, co-parentalité. Aujourd’hui en France, des dizaines de milliers d’enfants vivent dans des familles homoparentales sans aucune reconnaissance légale, dans un total vide juridique.


Bon, le mariage ok, mais l'adoption ?

Jusqu'à présent, en plus des couples hétérosexuels, l'adoption était aussi ouverte aux personnes seules, sans que personne y trouve à redire. Au nom de quoi la refuser à des couples homosexuels ?

Les enfants ont besoin d'un référent père/mère

Cela suffit-il à soi seul au bonheur et à l'épanouissement ? Dira-t-on qu'un couple hétérosexuel maltraitant assure mieux le bien-être de ses enfants qu'un couple homosexuel aimant ?

Les enfants déjà élevés par des couples homosexuels ne souffrent pas de l’homosexualité de leurs parents, mais de l’homophobie de celles et ceux qui, à l’école ou ailleurs, cherchent à les stigmatiser.

Ceux qui connaissent le bonheur d'avoir des enfants ne devraient pas chercher à en priver quiconque.

En résumé,

Les homosexuel-les veulent être reconnus comme des citoyen-nes à part entière, avec les mêmes droits pour leur couple que les hétérosexuel-les. L'égalité des droits, c'est utile aussi symboliquement pour lutter contre l'homophobie, un fléau sous-estimé.

La méconnaissance de l'autre engendre la peur et le rejet. N'ayons pas peur les uns des autres ! Vivons tous ensemble dans une société respectueuse des valeurs humaines, qui accueille les différences de chacun.

Pour nous, c'est important, pour vous ça ne change rien concrètement, alors soutenez notre combat pour l'ouverture du mariage aux homosexuel-les !